Le piercing pour tous, un beau bijou

Facebook0
Google+2
Twitter1
Pinterest1
LinkedIn0

Le mot piercing ou perçage est issu de l’anglais “to pierce” cette pratique de modification corporelle, consiste à percer une partie du corps pour y mettre un bijou. En anglais body piercing (perçage du corps). Cette pratique est très ancienne qui remonte au néolithique et en Afrique chez certaines tribus d’Éthiopie qui inséraient des piercings Labret en pierre au niveau de la lèvre inférieure ou aux lobes des oreilles. Ces modifications corporelles étaient déjà pratiquées dans les temps anciens, des archéologues ont en effet retrouvé un hommeavec plusieurs piercings aux oreillesdatant de 2900 avant notre ère et en Egypte antique, les membres de la famille royale se perçaient fréquemment le nombril.

En Amérique, l’élite des civilisations Aztèques et Maya se perforaient la langue au cour de certains rituels ils portaient également des bijoux aux oreilles, au nez, et aussi à la lèvre inférieure. En Inde comme au Pakistan cette coutume se pratique depuis des siècles. En Inde, seules les castes supérieures Indiennes portaient le piercing au nez et s’est seulement depuis le XVI siècles que le piercing nasal est couramment porté par les femmes. En Syrie et les pays environnants, on perçait l’oreille des serviteurs.

D’ou vient la pratique du piercing

La pratique de la perforation des oreilles existe depuis l’Antiquité et s’est perpétué jusqu’au XX siècle. Depuis les années 1970, la perforation (piercing) d’autres parties du corps comme : (Le piercing nombril, le piercing labret, le piercing langue et le piercing tragus en autres…)est devenue très populaire. Depuis les années1980, les hommes pratiquent le piercing des oreilles dans tout le monde occidental. De nos jours grâce à la pose debijoux corporels, le piercing est devenu une véritable mode et s’est répandu progressivementdans toutes les couches de la population. Près de 10 % des adultes en Grande-Bretagne, en Australie et en Allemagne porteraient un bijou corporel ou piercing dont en grande majorité des femmes de moins de 24 ans (environs 50% de la population). Prés 16 % des Américains, soit environ 48 millions de personnes, arboreraient au minimum un piercing(ou) et plusieurs bijoux corporels. D’autre part, 15 à 25 % des collégiens aux Etats Unis porteraient un piercing non traditionnel.

Le piercing nombril représente environ le tiers des interventions et le piercing narine le cinquième de celle-ci. On considère et heureusement pour des raisons de sécurité et d’hygiènes que les neuf dixièmes des interventions se font chez des professionnels. Le piercing a pour but une volonté esthétique pour améliorer son apparence et se distinguer de l’ensemble de la population ou se démarquer socialement en s’associant à un groupe particulier

Social tagging:

Leave a Reply

This site uses KeywordLuv. Enter [email protected] in the Name field to take advantage.